12 juin 2012 Jizō,divinité japonaise à Paris

J’aime beaucoup ces petits Jizô, rencontrés à tout carrefour ou coincé dans des racines, dans les endroits les plus improbables.
Une occasion de les découvrir à Paris.

exposition  Jizō,divinité japonaise, Jusqu’au au 7 juillet 2012, Galerie Talmart/22, rue du Cloître Saint-Merri 75004 Paris
série d’œuvres peintes et de sculptures autour de la figure du Jizo de Jean-Marc Forax
Conjointement, voir aussi le livre ” JIZO, divinité japonaise “, texte de François Lachaud spécialiste du bouddhisme et du Japon

EXTRAITS DU LIVRE PAR FRANÇOIS LACHAUD

DIVINITE LA PLUS IMPORTANTE DU PANTHEON BOUDDHIQUE JAPONAIS
« La forme revêtue par Jizō dans les rouleaux médiévaux – celle d’un jeune moine muni de son bâton de pèlerin – explique en partie pourquoi, à l’inverse des hommes et de tant de dieux “omnipotents”, il rajeunit au cours des siècles. Figure adventice au service de Vénérés plus puissants, Jizō est devenu la divinité la plus importante du panthéon bouddhique japonais. Il assure la continuité des familles, le lien entre les défunts et leurs descendants, veille sur les accouchements et l’éducation des enfants. »

DIVINITE DES CARREFOURS
« On trouve Jizō aux jonctions des routes et des sentes de campagne où il adopte souvent la forme modeste d’un empilement de plusieurs pierres, munies d’un bavoir devant lesquelles on a déposé des offrandes. »

VICAIRE DE NOS SOUFFRANCES
« Si ce sauveur agit en tout lieu, il s’est, au fil des siècles, dévoué à sauver d’abord les hommes et les femmes tombés aux enfers, mais surtout les enfants injustement punis. Il a accepté de prendre sur lui les peines et les châtiments. Mieux il a accepté de les subir à leur place, de se substituer aux victimes, de se faire le “vicaire de nos souffrances”. »

CULTE RENDU AUX « ENFANTS DE L’EAU »
« Dans le Japon contemporain, le refus politique de légaliser certaines méthodes contraceptives (ainsi la pilule) a eu pour conséquence le recours à l’avortement comme outil de contrôle démographique. Cette aberration a donné un poids encore plus important au culte de Jizō, protecteur des enfants mais aussi des fœtus incinérés. »
« De nos jours, plusieurs monastères se sont “spécialisés” dans le culte rendu aux fœtus morts dont le symbole le plus reconnaissable n’est autre qu’un Jizō de pierre. Ces pratiques accentuent la dimension troublante de certains Jizō portant parfois comme seule mention “Excusez-moi !”. »

CONTEMPORANEITE DE JIZO
« Cependant, en parallèle à ces cultes modernes, Jizō connaît une popularité croissante à l’échelle du pays, ainsi qu’en témoignent sa récurrence sous les traits de personnage de manga (comme la petite Chibimaruko ; héroïne des années 1990), d’amulettes incitant à mincir dans lesquelles la divinité use d’une corde à sauter, de publicités diverses, voire de représentations avec un ballon de football. »

Un commentaire à “Jizō,divinité japonaise à Paris”

  1. voute étoilée chartres ... :

    Je passe de temps à autres, sur maiaiam, prendre un peu d’air d’orient et ses couleurs.
    J’ai beaucoup aprécié petit Jizô et je crois que nous n’avons pas son équivalent en occident.
    Merci pour ces merveilleuses pages qui respirent une certaine sérénité.
    @ bientôt Maïa
    Bizooo

Poster un commentaire

Top